Un conte aux couleurs du temps

Le livre

Grand classique de la littérature Peau d’Âne fait partie de ces contes qui ont traversé le temps, notamment grâce à ce cher Charles Perrault qui a pris sa plume pour nous permettre de continuer à rêver au fil des années grâce à des histoires plus merveilleuses les unes que les autres. Il se murmure que Peau d’âne fût un conte très apprécié par Louis XIV dans sa jeunesse… Comme tous les contes de fées, au fur et à mesure du temps les versions évoluent mais celle de Charles Perrault reste la plus connue.

Vous ne connaissez pas l’histoire ? Toutes-Fourrures, Peau d’Ânesse ou encore Peau-de-Mille-Bêtes, selon l’origine de l’histoire, vit dans un royaume entourée de ses parents, le Roi et la Reine. La richesse des souverains est assurée par présence d’un âne dont le crottin est fait d’or. Il faut avouer que cela a certains avantages ! Et là, c’est le drame : la Reine se meure. Elle fait promettre à son époux de se remarier ; il jette alors son dévolu sur… leur fille, seul être dont la beauté dépasse celle de sa mère.
Perturbée par la situation la jeune fille se confie à sa marraine, sous la forme d’une fée, qui lui conseille de demander la réalisation d’une robe « couleur du temps ». Contre toute attente le Roi parvient à faire réaliser l’impossible. Une robe couleur de lune puis couleur de soleil suivent et le Roi s’exécute. Le sacrifice de l’âne sera l’ultime demande et Peau d’âne, aidée par sa marraine prend la fuite.
S’en suit une vie miséreuse où sa véritable identité est cachée de tous. Dans la version de Perrault, un Prince d’un royaume voisin tombe sur la maison où vit Peau d’Âne à l’occasion d’une partie de chasse. Dans un autre, il la découvre à l’occasion d’un bal. Ce qui devait arriver arriva : il tombe sous le charme de la Princesse immédiatement. Cela ne vous rappelle pas un autre conte ? Et oui, l’histoire de Cendrillon présente plusieurs similitudes avec celle-ci nous explique Jean-Jacques Fdida dans Peau d’Âne.
Fou d’amour, le Prince demande à ce que la Princesse réalise un gâteau dans lequel elle glisse un anneau d’or, celle appartenant à sa défunte mère. Tout comme le soulier de verre le Prince jure d’épouser celle à qui appartient la bague.

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ? Très certainement !

Pourquoi on aime ?

Parce que c’est un conte de fées, tout simplement.

On passe à la recette ?
Encore un peu de patience… On va plutôt parler des quelques adaptations de ce célèbre conte qui méritent le détour. Parce que c’est aussi ça les contes, on peut les lire, les entendre, les voir et les partager à l’infini.

Commençons par une version écrite :

Peau d’Âne par Kochka (d’après Charles Perrault) et illustré par Charlotte Gastaut

Couv+Peau+d'ane

Basée sur la version classique du conte que l’on connaît, la valeur ajoutée de cet ouvrage repose sur le magnifique travail de Charlotte Gastaut. Toutes les pages sont illustrées, généralement celle de gauche de façon sobre (noir, blanc, doré) non sans détails et celle de droite explosive de couleurs. Les vêtements des différents personnages fourmillent de points ou de traits d’une vraie douceur, chaque page regorge de petits détails que l’on découvre de nouvelles choses à chaque lecture. Bref, un vrai coup de coeur pour l’illustration de ce livre !

Retrouvez le travail de l’illustratrice sur son site et son compte instagram.

Une autre adaptation ? Cette fois on va parler… cinéma ! Et oui, j’espère que vous aussi, quand on vous parle de Peau d’Âne vous avez immédiatement l’image de Catherine Deneuve en tête ! La transition avec l’ouvrage précédent est toute trouvée car Charlotte Gastaut dédie son travail à Jacques Demy 🙂

Si vous n’avez pas vu le film (quoi, vraiment ?), voici un résumé en 7 minutes 30 :

En bref, ce film est un petit bijou grâce aux acteurs (Catherine Deneuve, Jacques Perrin et Jean Cocteau notamment), à la musique de Michel Legrand et au talent de Jacques Demy. Les décors et en particulier les costumes sont extrêmement travaillés, on frôle parfois le kitsch ou l’anachronisme (oui le trône en forme de chat du roi Jean Marais peut surprendre, tout comme l’hélicoptère ou le téléphone) mais cela fait partie du jeu. Les costumes ont d’ailleurs été présentés il y a quelques années lors d’une rétrospective à la Cinémathèque. Une fois encore tout est dans le détail, de la couleur associée à chaque famille royale, aux choix musicaux en passant par les effets de ralenti.

Dernière adaptation pour finir en légèreté : Les Robes magiques de Pôdane de Françoize Boucher
005504491

Ici Pôdane a une « armoire à robes extraordinaires ». Normal, c’est une princesse ! Sauf que les robes n’en font qu’à leur tête… Pas de prince ou de gâteau dans cette histoire, chaque page nous réserve la surprise d’une nouvelle robe et les désagréments qui vont avec, jusqu’à la découverte d’un trésor…

Qu’est-ce qu’on mange ?

Le gâteau que Peau d’Âne réalise pour son prince évidemment.
Le fameux cake d’amour amoureusement préparé par Catherine Deneuve, c’est simple elle nous donne toute la recette ! Vous aussi vous avez tenté de la réaliser et le résultat a été catastrophique ? Ce n’est pas un conte de fées pour rien, il manque clairement la touche magique pour transformer ça !

Voici quelques précisions qui permettront de réaliser quelque chose qui se tient. Attention, en l’état il n’y a aucune chance de séduire un prince (ou une princesse) avec cette recette qui ressemble à une sorte de gâteau au yaourt en version plus sèche (oui, ça fait rêver). Libre à vous d’ajouter quelques ingrédients, ne serait-ce que du zeste de citron pour mettre un peu de peps là dedans ou de l’imbiber de sirop à la fleur d’oranger. Pour la touche bonus de l’anneau caché dedans, privilégiez de faire cela au moment de la galette des rois sinon cela risque d’en surprendre plus d’un… !

  • 170 g de farine
  • 4 œufs 
  • 10 cl de lait
  • 95 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 90 g de beurre pommade
  • 1/2 sachet de levure
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 pincée de sel

Suivez la musique !

  1. Préparez votre pâte
  2. Dans une jatte plate
  3. Et sans plus de discours
  4. Allumez votre four (180°C)
  5. Prenez de la farine
  6. Versez dans la terrine
  7. Quatre mains bien pesées (170g)
  8. Autour d’un puits creusé
  9. Choisissez quatre œufs frais
  10. Qu’ils soient du matin faits
  11. Car à plus de vingts jours
  12. Un poussin sort toujours
  13. Un bol entier de lait (10 cl)
  14. Bien crémeux s’il vous plaît
  15. De sucre parsemez (95g)
  16. Et vous amalgamez
  17. Une main de beurre fin (90g)
  18. Un souffle de levain (1/2 sachet de levure)
  19. Une larme de miel (1 càs)
  20. Et un soupçon de sel
  21. Il est temps à présent
  22. Tandis que vous brassez
  23. De glisser un présent
  24. Pour votre fiancé
  25. Un souhait d’amour s’impose
  26. Tandis que la pâte repose
  27. Lissez le plat de beurre et laissez cuire une heure (40 minutes en réalité)

Vous avez la chanson dans la tête ? C’est normal, bon appétit !

img_9972

Par Giulatella

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s