Confrérie beurrée

Le livre

27 novembre 2018 : Tic se lance dans la relecture de la saga Les Autodafeurs de Marine Carteron et elle tombe nez à nez avec… une allusion aux gâteaux de notre enfance : les fameux petits beurres de Lu !

Ni une ni deux, elle le partage en story sur Instagram et pense à identifier Cook In Book, après tout, pourquoi pas se divertir et discuter avec trois super bibliothécaires ?

Trêve de blabla, voici le résumé de cette saga :

Auguste Mars a 14 ans, un ado normal, en somme, mais non, la police le considère comme un dangereux délinquant, vols, violences, déclenchement d’incendies, et on en passe. Évidemment, comme tout personnage principal qui se respecte, deux possibilités s’envisagent : la première ; il est innocent, la deuxième ; il est coupable.

Dans le cas qui nous occupe notre héros, Auguste, est innocent, mais pour le prouver il doit dévoiler un secret aussi vieux que le monde (vingt-cinq siècles quand même) ce qui est nous citons « pas cool » mais passer pour un délinquant ce n’est « pas cool non plus ».

Comment il en est arrivé là, nous direz-vous ? Et bien c’est justement ce que raconte la saga Les Autodafeurs, le premier tome, du moins.

 

Pourquoi on aime ?

Tout simplement parce que c’est génial !

Un peu léger comme argument ? On vous l’accorde.

Nous avons découvert cette saga en 2015 lors du Prix Chimère (il revient assez fréquemment dans nos discussions, minimum une fois par mois, nos proches en ont assez d’en entendre parler alors on étend notre champ de diffusion) et depuis c’est un véritable histoire d’amour.

Entre une intrigue très bien construite, des personnages d’apparences banales, mais qui se révèlent hauts en couleurs et une plume haletante, il est impossible de s’ennuyer, ne serait-ce qu’une seconde.

Oui les personnages sont assez intéressants, à commencer par Auguste lui-même, avec sa recherche pour savoir qui il est, qui il veut devenir (pas un délinquant, c’est certain). Mais selon nous le personnage le plus intéressant est « l’artiste de guerre », Césarine, la petite sœur d’Auguste. Pour le coup on peut vraiment parler de personnage particulier. Elle passe son temps à reprendre son frère et même si tout le monde l’ignore dans les moments les plus critiques, on se rend vite compte, que sans elle, la famille Mars serait vraiment dans un pétrin infini.

autodafeurs2

Qu’est-ce qu’on mange ?

Petits-beurres

Source : http://gourmand.viepratique.fr/recettes-par-produit/sucre/pour-le-gouter-realisez-des-petits-beurre-maison-44346.html

On vous un peu annoncé la couleur au début mais faisons comme si de rien n’était et replongeons en enfance !

La recette est vraiment toute simple et normalement inratable (nous sommes deux quiches en cuisine et ils sont très bons nos petits-beurres)

Ingrédients (entre 30 et 40 petits-beurres)

100g de beurre tempéré (si il y quelques grammes de plus ce n’est pas grave, les nôtres sont très bons avec 103g de beurre)
50g de lait, nous on l’a pris entier mais à vous de choisir (oui le lait en grammes c’est étrange mais il suffit de faire la tare sur la balance et le tour est joué)
80g de sucre
250g de farine

Étape 1 :

Munissez vous d’un saladier dans lequel vous mélangerez le sucre et la farine.
Ajoutez ensuite le beurre coupé en lamelles puis le lait.
Ensuite on met la main à la pâte et on pétrit tout ça jusqu’à obtenir un boule de pâte.

Étape 2 :

Recouvrez votre saladier de film alimentaire et laisser le reposer au frais pendant 2 heures.

Étape 3 :

Préchauffez votre four à 180 degrés celsius (thermostat 6).
Étalez la pâte sur 3 millimètres d’épaisseur, il faut que ce soit très fin, sinon ce sont des biscuits sablés ordinaires (si la pâte est trop dure, laissez la 10 minutes à température ambiante), on vous conseille de prendre la pâte petit bout par petit bout, ce sera plus simple.
Dans votre bout de pâte étalé, découpez, avec un emporte pièce (un verre ou un ramequin faisant tout aussi bien l’affaire, on vous l’assure, c’est ce que nous avons fait) un morceau de pâte de la forme que vous souhaitez.
Disposez les ensuite sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Pour les motifs, emparez vous d’une fourchette, pour les dents, ponts, oreilles, appelez ça comme vous voulez, appuyez délicatement mais fermement sur les bords de votre gâteau, pour les points, enfoncez votre fourchette dans la pâte.

Étape 4 :

Enfournez vos gâteaux et laisser les cuire entre 10 et 12 minutes. Si votre four possède une fonction brunissage, on vous conseille de vous en servir pour faire dorer vos biscuits mais surveillez-les pour ne pas qu’ils carbonisent.
Il faudra certainement faire plusieurs fournées si vous prenez exactement les mêmes quantités que nous.

Il ne reste plus qu’à déguster !

Et si vous êtes très gourmands vous pouvez même tartiner vos biscuits de pâte à tartiner maison (on vous renvoie à la recette de Giulatella dans l’article sur Dysfonctionnelle).

petitsbeurres

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Tic 🐺 et Tac 🐱 dit :

    Ça fait trop bizarre !!
    Merci de votre confiance les filles !! 😍😍

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s